M. K. Blais : Ornithologie : Poésie : Le Quartanier : 2020

Au plan matériel, la conception des ouvrages produits par le Quartanier me paraît remarquable. J’admire la facture visuelle des livres qu’on y publie, la sobriété de leur couverture, quasi invariable, le soin apporté à leur mise en pages. Un livre du Quartanier est un beau livre, tel que physiquement nous les apprécions. La dimension deLire la suite « M. K. Blais : Ornithologie : Poésie : Le Quartanier : 2020 »

Mario Pelletier : Chants de nuit pour un jour à venir : Poésie : Écrits des Forges : 2020

Un recueil de poèmes ne se lit pas en diagonale. Comme souvent l’on parcourt distraitement le journal.  Un poème se lit sans se livrer toujours immédiatement. Le poème est une personne. Qui le juge rapidement sur sa mine commet parfois une regrettable erreur. Les apparences peuvent s’avérer trompeuses. Il convient de lire un poème jusqu’àLire la suite « Mario Pelletier : Chants de nuit pour un jour à venir : Poésie : Écrits des Forges : 2020 »

Pierre Chatillon : Un voyage d’hiver : Poésie : Écrits des Forges : 2020

Si je m’adonnais réellement à cette troublante activité qu’est la critique littéraire, si j’occupais l’une des rares tribunes encore dévolues à la critique dans les journaux et les revues, si j’avais autrement dit charge de trier le bon grain de l’ivraie, il serait grand temps que je me mette à sévir. En effet, depuis queLire la suite « Pierre Chatillon : Un voyage d’hiver : Poésie : Écrits des Forges : 2020 »

Geneviève Letarte : Mes ailleurs : Poésie :Éditions des Forges : 2020

Dans son plus récent carnet, l’écrivain André Major rappelle que Gide « s’évertuait à ‘‘se perdre de vue’’ et à ‘‘regarder le point de vue de l’autre’’. » C’est là, je crois, l’attitude qu’il convient d’adopter lorsque nous lisons de la poésie. Quelle que soit notre propre conception de la chose, en oubliant nos partis pris, lorsqueLire la suite « Geneviève Letarte : Mes ailleurs : Poésie :Éditions des Forges : 2020 »

Pierre Lepape : Ruines : Essai : Verdier : 2020

Quand on a toujours associé la vie à la littérature, l’adieu à celle-ci serait-il une forme d’adieu à celle-là ? André Major Je viens de lire un petit livre fort séduisant. En fait, j’ai lu ses 138 pages deux fois plutôt qu’une. Il s’agit de Ruines, un essai de Pierre Lepape. Lire est agréable. ComprendreLire la suite « Pierre Lepape : Ruines : Essai : Verdier : 2020 »

Michel Beaulieu : Trivialités : Poésie : Éditions du Noroît : 2001

Éloignés dans le temps et l’espace, davantage encore par le tempérament et le style d’écriture, Beaulieu et Mallarmé, fort différents l’un de l’autre, se trouvent pourtant tous deux concernés par cet énoncé du second : « La Gloire ! je ne la sus qu’hier, irréfragable, et rien ne m’intéressera d’appelé par quelqu’un ainsi. » Sans doute vers la finLire la suite « Michel Beaulieu : Trivialités : Poésie : Éditions du Noroît : 2001 »

Mireille Cliche : Le cœur-accordéon : Poésie : Les Éditions du Noroît : 2020

Il y a l’univers qui tiendrait dans un vers. On peut le croire. Mais un seul vers, c’est peu dire. Mettons plutôt un poème, ou mieux encore un recueil de poèmes. Je reprends ce mot à Mallarmé : « Le monde est fait pour aboutir à un beau livre. » Ici, encore une fois, le singulier exprime leLire la suite « Mireille Cliche : Le cœur-accordéon : Poésie : Les Éditions du Noroît : 2020 »

Dominique Olivier : Le carrousel des trahisons : Poésie : Écrits des Forges : 2020

La quatrième de couverture nous apprend que la poète est musicologue de formation. Elle a collaboré au défunt hebdomadaire Voir où elle était responsable de la chronique de musique de concert. Le Carrousel des trahisons est son premier recueil. Elle a fait paraître auparavant quelques poèmes dans la revue Exit. Bref, une néophyte pensera-t-on, nonLire la suite « Dominique Olivier : Le carrousel des trahisons : Poésie : Écrits des Forges : 2020 »

Bianca Côté : Le ciel est-il une bâche ? : Poésie : Écrits des Forges : 2020

Le florilège possède des vertus ignorées. Bien entendu, une œuvre qui se tient — non seulement par la force interne de son style, comme le disait un Flaubert désireux de parvenir un jour à écrire un livre sur rien —, mais qui se tient plutôt en ce qu’elle est organisée autour d’un noyau de sens,Lire la suite « Bianca Côté : Le ciel est-il une bâche ? : Poésie : Écrits des Forges : 2020 »

Nora Atalla : Morts, debout ! : Poésie : Écrits des Forges : 2020

Des vers d’Éluard ouvrent le dernier recueil de Nora Atalla. Ils sont extraits du poème que le poète écrivit pour honorer la mémoire de Gabriel Péri, figure célèbre de la Résistance française : « Un homme est mort qui n’avait pour défense/Que ses bras ouverts à la vie/Un homme est mort qui n’avait d’autre route/Que celle oùLire la suite « Nora Atalla : Morts, debout ! : Poésie : Écrits des Forges : 2020 »